0 Comments

Cette année, comme c’est le cas depuis quelques années, je ne participerai pas à Movember. Ça fait déjà un bon bout de temps que je n’y crois plus, et que je crois que l’argent est investi au mauvais endroit.

Reculons à ma dernière année de participation. J’avais clairement l’impression que les hommes se laissaient pousser la moustache en attente que d’autres donnent de l’argent. Quels autres? Les femmes, les enfants et les imberbes? Le résultat final de notre équipe me le prouva. De ceux qui s’étaient laissé pousser la moustache, la plupart des hommes n’avaient rien donné, et j’avais donné 60% du montant total.

C’est facile se laisser pousser la moustache. Soyons sérieux et donnons l’exemple! Movember est supposé être pour nous, les hommes, et on ne donne même pas?!

Les autres années, une autre raison m’a poussé à ne pas donner une autre chance à Movember. Je crois sincèrement que notre approche face aux maladies est totalement inappropriée. Clairement, les frais médicaux progressent trop vite, mais nous continuons de dépenser la plus grande part à guérir plutôt qu’à prévenir. Nous ne cherchons pas assez à prévenir le cancer, nous dépensons surtout à tenter de le soigner. Ne serait-il pas merveilleux si nous pouvions continuer de polluer et de s’empoisonner, et de prendre une petite pilule magique pour en contrer leurs effets mortels sur l’humanité?

Bref, Movember ne me représente plus depuis longtemps, mais jamais je n’ai dit quoi que ce soit à personne, jamais je n’ai cherché à décourager ceux qui continuaient à y participer. Après tout, c’était mieux que rien, n’est-ce pas?

Aujourd’hui, ce n’est plus mon avis. Je ne suis plus capable de rester silencieux face à ce symbole de virilité, parce que j’ai un problème profond avec cette virilité. L’homme est devenu un être immonde. Les abus aux femmes et aux enfants sont devenus presque banals aux nouvelles. De multiples guerres se déroulent en continu. Des hommes utilisent leur religion (quelle qu’elle soit) pour renforcer leur dominance et leur contrôle des femmes. Des hommes tuent et blessent, parce qu’ils sont des hommes, parce qu’ils sont violents.

Et nous, on se fait pousser la moustache, car c’est virile, et c’est bien un homme viril.

Foutaise!

Nous, hommes, si nous voulons que l’Homme, cette race dont nous avons l’honneur de voir nommée à notre nom, subsiste, grandisse, s’épanouisse, nous devons régler nos problèmes de virilité excessive. Nous devons régler les problèmes de violence qui affligent la planète.

Après, seulement, pourrons-nous demander aux femmes de nous aider avec notre prostate. Après, seulement, fera-t-il du sens de s’attaquer à la pollution, au réchauffement climatique, aux maladies qui nous affligent.

Moi, qui ne me rase qu’une ou deux fois par semaine, je promets aux femmes de me raser à chaque jour de novembre, pour leur montrer que la virilité n’est pas une fin, mais bien un état à maitriser.